Navigation

Ancres

Aqueduc – Aquaeductus

L’ouvrage le plus ancien encore en fonctionnement de la Suisse, l’aqueduc de Vindonissa, alimenta Windisch en eau potable jusqu’en 1897. Les aqueducs romains comptent jusqu’à nos jours parmi les plus célèbres acquis techniques de l’Antiquité.

L’aqueduc de Vindonissa est le plus ancien ouvrage de la Suisse qui assure aujourd’hui encore sa fonction initiale et alimente une fontaine avec son eau. Grâce à une technique de relevé innovatrice, les légionnaires réussirent à construire l’aqueduc sur une longueur de 2,4 kilomètres avec une pente de 4 ‰ seulement. La conduite d’eau fraîche fournissait l’eau potable et utilitaire pour près de 6000 légionnaires, les troupes auxiliaires, les chevaux et les mulets. Sans cet apport d’eau fraîche, la vie au camp légionnaire aurait été impossible.

L’aqueduc est un chef-d’œuvre technique: l’eau captée dans la nappe phréatique à Hausen était transportée jusqu’à Windisch dans un canal souterrain maçonné avec soin. Pour éviter les pertes d’eau en cours de route, les légionnaires utilisèrent un mortier étanche spécial. Arrivée au camp, l’eau était distribuée par des conduites en terre cuite, en plomb et en bois. Seul un relevé extrêmement précis et une technique de construction très élaborée permettaient aux ingénieurs romains de réaliser de tels ouvrages. Inconnu dans notre région à l’époque préromaine, l’aqueduc est considéré comme le plus grand acquis de civilisation des Romains – avec les bains et les hôpitaux.

Au Moyen Âge, le couvent de Königsfelden utilisa l’aqueduc. La légende parle d’un moine auquel "Dieu montra l’endroit où l’on devrait trouver de l’eau" lors de la construction du couvent. Un document de 1363 documente le don de l’aqueduc au couvent par le duc Rodolphe IV d’Autriche. Jusqu’en 1897, c’était la seule arrivée d’eau potable pour les habitants de Windisch, et aujourd’hui encore, il alimente la fontaine devant le bâtiment principal de la Clinique psychiatrique de Königsfelden.

Nach Oben