Navigation

Ancres

Histoire du Couvent de Königsfelden

Sur les ruines du camp légionnaire romain de Vindonissa, les Habsbourg érigèrent le couvent de Königsfelden. C’est avant tout l’église avec ses impressionnants vitraux qui témoigne aujourd’hui de l’ancien couvent.

La fondation du couvent de Königsfelden fit suite à l’assassinat du roi Albert Ier le 1er mai 1308 par son neveu, le duc Jean de Souabe, non loin de la traversée de la Reuss à Windisch. Pour le salut de l’âme du roi assassiné, sa veuve Elisabeth fonda une abbaye princière à laquelle les Habsbourg eux-mêmes donnèrent le nom de Königsfelden.

L’assassinat du roi et la fondation du couvent

Albert Ier, roi des Romains, fut victime le 1er mai 1308 d’un conflit au sein de la famille des Habsbourg. Son neveu Jean se sentait lésé de son héritage qu’Albert gérait après la mort des parents de Jean, mais refusait de lui remettre. Avec quelques autres conspirateurs, Jean assassina son oncle Albert sur le haut plateau à Windisch. Le meurtre bouleversa la maison de Habsbourg, puisque la famille perdait également avec la mort d’Albert la royauté allemande.

Afin d’honorer la mémoire du roi Albert assassiné, la famille fit tout d’abord ériger sur le lieu du crime une chapelle et une maison pour deux Franciscains. La reine veuve Elisabeth initia, sans doute déjà avec le soutien de sa fille Agnès, la construction d’un double couvent de Franciscains; des terres furent acquises à cet effet.

Les travaux de construction du nouveau couvent commencèrent en automne 1310. En 1311 eut lieu la fondation formelle, et en 1312, les premières religieuses s’installèrent au couvent des Clarisses.

La reine Elisabeth, veuve d’Albert et fondatrice du couvent, mourut en 1313 à Vienne, ayant exprimé la volonté que Königsfelden soit sa dernière demeure. L’endroit obtenait ainsi son importance comme site funéraire des Habsbourg. Outre Elisabeth, dix autres membres de la famille furent inhumés dans le caveau familial en situation centrale dans l’église.

Le caveau fut ouvert au XVIIIe siècle. Les dépouilles furent tout d’abord transférées à l’abbaye de Saint-Blaise, puis en 1807 au couvent de Saint-Paul en Carinthie.

Le couvent comme site culturel

Le phare culturel tanz&kunst königsfelden confère un nouvel éclat à l’église funéraire des Habsbourg. Les spectacles de danse sont un élément fixe de la vie culturelle en Argovie. Grâce à ces manifestations, le couvent s’est fait un nom comme haut lieu de la danse bien au-delà des frontières de la Suisse.

Nach Oben